Mitsubishi Eclipse Cross : voyage bien, mais charge peu

Mitsubishi Eclipse Cross

Le Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV Instyle SDA S-AWC est l’un des SUV 4×4 rechargeables les moins chers, mais il possède un intérieur pauvre et quelques lacunes dans son équipement : seuls le freinage automatique et l’alerte de franchissement de ligne sont de série, tandis que la surveillance des angles morts et le régulateur de vitesse adaptatif sont réservés à la finition Diamond, la plus riche. Le moteur électrique permet de ne pas produire d’émissions pendant environ 40 km, mais lorsque la batterie est à plat, la voiture consomme le carburant (mais pas plus que les autres 4×4 rechargeables). La suspension est efficace et le bruit, y compris celui émis par le 2.4 essence de 98 ch, est bien filtré. L’espace pour les personnes est bon, moins pour les bagages. Intérieur pratique, mais peu soigné.

POURQUOI L’ACHETER

LONGUE GARANTIE

Voici la variante hybride rechargeable (nous avons fait une moyenne de 38 km en électrique) de l’élégant crossover japonais, l’un des rares plug-ins avec transmission intégrale. Les rivaux sont à peine moins chers ou nettement plus chers, et tous ont plus de puissance et une meilleure accélération. Ce modèle est confortable et spacieux, même pour ceux qui voyagent à l’arrière ; le coffre, en revanche, est petit. La mécanique est originale : dans des conditions normales, le moteur à essence quatre cylindres de la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV recharge la « batterie ». Ce dernier alimente les moteurs électriques : ils sont au nombre de un par essieu et font de ce crossover un 4×4. En revanche, à vitesse constante et moyenne, le 2.4 déplace directement les roues avant, sans avoir recours à une boîte de vitesses. Avec une batterie à plat, la consommation n’est pas faible, bien qu’elle ne soit pas pire que celle de ses rivaux ; en revanche, les performances restent sensiblement les mêmes. Il est donc préférable de la recharger souvent : la voiture peut être connectée à des stations de courant alternatif et continu.

La Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV Instyle que nous avons testée est la finition intermédiaire qui ajoute à l’Intense « de base », entre autres, des phares à LED et des phares antibrouillard, des sièges chauffants avec réglage électrique du siège du conducteur, des capteurs de stationnement à l’avant également, une meilleure sellerie, des inserts en noir brillant et en argent. Le Diamant est plus riche : il est le seul à disposer d’un régulateur de vitesse adaptatif, d’une navigation hi-fi, d’un intérieur en cuir, d’un réglage électrique également pour le siège droit, d’un toit ouvrant panoramique et d’un volant et d’un canapé chauffants. Les teintes mises à part, il n’y a pas d’options supplémentaires : une simplification du produit qui permet de garantir des délais de livraison courts. C’est une autre raison pour laquelle il existe également des variantes Pack 0 sur la liste : moins chères mais sans affichage tête haute (Instyle) et sans certaines aides à la conduite (Diamond). Tous bénéficient cependant d’une impressionnante garantie de cinq ans ou 100 000 km.

interieur eclipse cross

ESPACE POUR LES PERSONNES, PAS POUR LES BAGAGES

Tableau de bord et contrôles
Fabriquée avec le souci du détail, la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV dispose d’inserts en plastique imitant le métal et de nombreux compartiments. La mise en page est classique : l’avantage est que tout est facile à trouver et à utiliser ; l’inconvénient est que l’ensemble semble un peu « démodé« . Les commandes du volant et celles du chauffage des sièges (de série) en sont des exemples : elles sont grandes et pratiques, mais on dirait qu’elles sortent d’un tout-terrain vieux de 20 ans. En revanche, on apprécie les molettes et les boutons de la climatisation, dont les informations sont reproduites sur l’écran central ; à l’arrière, en revanche, les bouches d’aération font défaut. Il n’y a que deux points forts du système multimédia : la réactivité de l’écran de 8 pouces et Android Auto et Apple CarPlay de série. Le navigateur et la tablette de recharge sont absents, et aucune donnée n’est reproduite dans le tableau de bord. Les commandes vocales sont minimales (uniquement pour le kit mains libres et l’audio) et même le bouton de mise en sourdine est absent.

A voir :   Hymer B-MC 580, un camping car de luxe

Habitabilité
La Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV n’est pas une voiture « extra-large », pourtant en quatre les centimètres abondent. Il y a beaucoup d’espace pour les jambes et la tête sur la banquette. Le sol est presque plat. Spacieux, confortables et chauffants (de série), les sièges manquent de réglage lombaire. Pour le conducteur, en revanche, les autres sont électriques. À l’arrière, neuf positions permettent de régler l’inclinaison du dossier ; l’assise centrale est plate et le dossier dissimule un accoudoir avec un double porte-gobelet.

Compartiment à bagages
Plus petit que celui de ses principales rivales, le coffre de la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV passe de 359 à 466 litres en mettant le dossier du canapé « en haut » (qui devient donc inconfortable). En particulier, l’espace sous l’auvent n’est pas très grand (43 cm) et il manque le fond à hauteur variable : il y a des rivaux qui offrent 10 centimètres de plus. La capacité maximale déclarée est de 1140 litres.

Avant tout confortable

En ville
Dans la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV, vous roulez en silence et la suspension ne craint pas les nids de poule et les pavés. La direction assistée est bonne et dans les manœuvres, les capteurs à l’avant et la caméra de recul  aident ; en revanche, la caméra 360° et l’avertissement de la circulation en sens inverse en marche arrière sont réservés à la Diamond. Le diamètre de rotation n’est pas important. Une fois les batteries épuisées, nous avons enregistré un kilométrage moyen de 14,9 km/l.

Hors de la ville
Bien que sans prétention sportive, la direction et les réglages de la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV sont convaincants. Sur les routes sinueuses, le mode de conduite Tarmac est apprécié : conçu pour les conditions sèches, il augmente la réactivité du moteur et l’intensité de la récupération d’énergie. Ce dernier peut être réglé manuellement sur six niveaux via les palettes au volant. En revanche, avec des batteries déchargées, il ne dépasse pas 16,4 km/l.

Sur l’autoroute
Discrètement insonorisée, la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV peut parcourir 28 km en mode électrique à 130 km/h (une fois la charge terminée, le bruit du 2.4 est à peine perceptible, mais on peut à peine faire 10 km avec un litre d’essence). L’absence de régulateur de vitesse adaptatif et de capteurs d’angle mort à l’arrière est pénalisante, mais les grands rétroviseurs aident. La stabilité est impressionnante et la récupération après un ralentissement est décente.

Tout-terrain
La garde au sol minimale de la Mitsubishi Eclipse Cross 2.4 PHEV est de 18,8 cm et les programmes spécifiques pour la neige et la terre ne manquent pas. Mais les pneus sont des pneus de route (même pas « quatre saisons ») et il n’y a pas d’aides pour les descentes et les montées raides. D’autre part, la protection de la zone inférieure de la porte a été soignée, afin que vous ne salissiez pas votre pantalon en descendant.

D’autres infos dans cette video :