BMW X6 : Essai de ce SUV imposant

BMW X6

LA VOITURE EN UN COUP D’ŒIL

À mi-chemin entre un coupé et un SUV, elle est imposante et lourde, mais possède les performances et la conduite d’une voiture de sport. Elle n’est pas faite pour les gros chargements, n’a que quatre places, une mauvaise visibilité arrière et est chère.

Pour ceux qui veulent se faire remarquer

Plutôt massive et lourde, c’est une voiture à la mode qui ne passe pas inaperçue. Cependant, elle possède une maniabilité enviable et un moteur très puissant qui accroît le plaisir de conduire.

Son avant massif, sa hauteur tout-terrain, son arrière insaisissable et sa largeur de près de deux mètres ne le font certainement pas passer inaperçu. Cependant, elle ne dispose que de quatre sièges homologués et, en ville, il faut être très prudent en raison de ses dimensions non négligeables et de sa mauvaise visibilité.

Lorsque vous sortez du centre-ville et que la route est dégagée, le BMW X6 est agile et sûr, grâce notamment au différentiel arrière DPC « intelligent ». Il est dommage que pour obtenir la direction « active » et le système antiroulis, il faille débourser beaucoup plus d’argent.

Le moteur diesel 3 litres avec turbocompresseur à double étage et la boîte de vitesses automatique séquentielle à six rapports, rapide et souple dans les changements de vitesse, renforcent le plaisir de conduire, avec le confort d’une tenue de route et d’une stabilité de référence. Le prix est certes élevé, mais il est adéquat pour la finition et les performances. 

Un intérieur élégant et un tableau de bord riche sans concessions à l’affectation inutile : on respire un  » air technologique « , avec le grand bouton iDrive qui permet (après un peu d’entraînement) de gérer toutes les fonctions de bord. Les sièges avant sont très confortables, tandis qu’à l’arrière, le toit incliné fait perdre de l’air au-dessus de la tête et rend l’accès à l’habitacle quelque peu difficile. Le compartiment à bagages est suffisant pour les besoins de quatre personnes ; il est dommage qu’il ait un seuil d’accès élevé et que l’ouverture ne soit pas assez large.

BMW X6 d'occasion

Tableau de bord et contrôles
Les palettes de changement de vitesse séquentiel situées sur les branches du volant sont pratiques et parfaitement maîtrisées. En revanche, le « gros bouton » iDrive situé dans le tunnel entre les sièges avant à côté, qui permet de contrôler la climatisation, l’ordinateur de bord, la navigation, la radio et le téléphone mains libres, demande un minimum de pratique.

Qualité et confort
Entrer et sortir du BMW X6 n’est pas aisé, compte tenu du plancher haut et du toit plutôt bas, surtout à l’arrière. Mais une fois assis, les choses changent radicalement : vous vous retrouvez dorloté dans un environnement luxueux et confortable, aux finitions soignées. À l’avant, vous êtes très à l’aise (le siège et le volant largement réglables vous permettent de trouver rapidement la bonne position), tandis qu’à l’arrière, les passagers de grande taille ont peu d’espace pour la tête et les jambes.

Compartiment à bagages
L’ouverture n’est pas très large (du bas au plafond, il y a à peine 68 cm), et pour charger, il faut franchir un seuil d’une bonne hauteur de 90 cm par rapport au sol et une marche de 10 : les opérations de rangement ne sont pas vraiment faciles, mais on peut aussi y mettre plus que les bagages nécessaires pour quatre personnes. En outre, un petit chariot trouve place dans un compartiment supplémentaire sous le plancher du coffre. Il est dommage que l’inclinaison des sièges arrière ne permette pas de porter le volume de chargement au niveau de la concurrence.

Derrière, on ne voit pas grand-chose (mais il y a des capteurs de distance), le rayon de braquage est grand et la largeur est considérable : en ville, il n’est pas facile de se garer, surtout sur les places en épi. En dehors des centres-villes, la musique change et le X6 se comporte comme une routière : la puissance et la précision de la direction gratifient les routes sinueuses, tandis que sur l’autoroute, il est facile de se retrouver au-delà de la limite de vitesse sans s’en rendre compte, notamment parce que le moteur est très silencieux. La hauteur de la voiture aide en tout-terrain, mais sans vitesses réduites ni blocages de différentiel, il est conseillé de se limiter à des itinéraires peu exigeants.

En ville
Les dimensions considérables du « Suv-coupé » allemand posent quelques problèmes dans les parkings où il y a peu de place pour entrer et sortir, et en combinaison avec la mauvaise visibilité arrière et le grand rayon de braquage, elles compliquent les manœuvres et la conduite dans les espaces étroits des centres-villes.

A voir :   Essai de la nouvelle Renault Arkana

Hors de la ville
Le puissant turbodiesel du BMW X6 ne fait guère d’impression et la suspension filtre bien les bosses. Et si vous avez besoin d’un sprint vif, la voiture répond de manière décisive (elle passe de 0 à 100 km/h en seulement 7 secondes) et avec des changements de vitesse rapides comme l’éclair. La maniabilité et la tenue de route sont comparables à celles offertes par une voiture de sport.

Sur l’autoroute
Les longs trajets n’ont rien à envier à ceux effectués dans les meilleures berlines de luxe. À la vitesse sur autoroute de 130 km/h, vous voyagez dans une atmosphère feutrée, bien isolée des bruits mécaniques et des sifflements aérodynamiques, avec le confort d’une direction précise et de freins puissants et résistants (bien que les distances d’arrêt ne soient pas de classe mondiale). Le seul risque est de s’ennuyer : si l’on règle le régulateur de vitesse (qui ralentit de lui-même lorsque la voie est occupée), on a l’impression de faire du surplace !

Tout-terrain
Sur la boue, la neige et les terrains tout-terrain modérés, il se comporte très bien grâce à sa garde au sol considérable, à la poussée vigoureuse du moteur et à l’efficacité de la traction 4×4 à commande électronique. Cependant, comme il n’y a pas de vitesses réduites et que le différentiel ne peut pas être bloqué, il vaut mieux éviter les chemins muletiers, les passages étroits et les terrains plus difficiles : vous risquez de vous  » planter  » ou d’abîmer la précieuse carrosserie.

Outre les aides électroniques auxquelles on peut s’attendre pour des voitures de cette catégorie, à savoir le contrôle de la traction et de la stabilité, le X6 dispose de six airbags. Étant donné qu’elle est dérivée du SUV X5 (qui a obtenu cinq étoiles aux crash-tests EuroNcap), elle doit être considérée comme une voiture très protectrice, notamment en raison de la structure de sa carrosserie.

La structure de carrosserie haute et imposante, dérivée de celle du X5 (qui est très sûr : il a obtenu les meilleures notes aux crash-tests EuroNcap), est conçue pour assurer une protection optimale des passagers en cas de collision. En outre, le X6 dispose d’une multitude d’équipements de sécurité : airbags frontaux, latéraux et de tête, contrôle de la stabilité et de la traction, phares antibrouillard, régulateur de vitesse « actif » (calcule la distance avec le véhicule qui précède et ralentit pour réaccélérer lorsque la voie est libre) et direction à rapport variable (en option) qui s’adapte à la situation de conduite et permet un contrôle précis de la trajectoire dans les virages.

Certes chère, c’est une voiture aux performances brillantes et construite avec grand soin.

Si vous voulez un SUV sportif, avec des performances remarquables (et une consommation de carburant raisonnable en plus), et que vous n’avez pas à accueillir trop souvent deux personnes de grande taille sur les sièges arrière, c’est la voiture qu’il vous faut. À condition que vous puissiez vous le permettre, que les lignes flashy et les regards des passants ne vous dérangent pas trop.

Prix neuf à partir de81 000 €
Consommation moyenne9.5 L
Emission de Co2220 gr